Ce que nous faisons

Projets

L'hypothèse de travail de notre groupe est que les profils latéritiques enregistrent l'évolution à long terme du climat (température, précipitations) et les taux des processus d'altération/érosion. Nous concentrons nos efforts sur le bouclier guyanais et l'Amazonie centrale, où différents sites latéritiques ont été identifiés en fonction de leur situation géomorphologique et de leur âge ancien potentiel, c'est-à-dire jusqu'à quelques dizaines ou centaines de millions d'années. Un autre site en Namibie a également été étudié.
Notre méthode

Méthodologies utilisées

Le premier objectif principal sera d'effectuer une datation absolue de la formation et de l'évolution des latérites pour dater des populations d'oxydes de fer et de kaolinites bien identifiées du point de vue minéralogique en utilisant les méthodes (U-Th)/He et de résonance paramagnétique électronique. Ces méthodes récemment mises au point sont appropriées car elles peuvent être appliquées aux minéraux secondaires les plus courants que l'on trouve dans les latérites et couvrent des échelles de temps géologiques. La complexité inhérente aux matériaux d'altération, qui peuvent contenir différentes populations d'un même minéral secondaire liées à des étapes distinctes de latéritisation, sera prise en compte. Le premier objectif est de fournir une chronologie robuste des formations latéritiques qui constituera une référence pour l'Amérique du Sud.
Le second objectif principal est de déterminer les conditions paléoclimatiques (température, précipitations) qui ont conduit au développement de latérites épaisses, à partir d'une combinaison d'indices géochimiques ou minéralogiques et de proxies. Nous étudions l'altération par le biais de différentes méthodologies comme l'intensité de l'altération évaluée par l'indice chimique d'altération, le rapport hématite/goethite qui a été proposé récemment comme indicateur des précipitations, et la composition isotopique O et H de la kaolinite et des oxydes de fer qui retracent les conditions de formation, y compris la température. Une tâche exploratoire associera des systèmes isotopiques Li, Si et Fe "non conventionnels" qui aideront à déchiffrer les processus d'altération spécifiques liés aux différentes étapes de la formation des latérites. Un objectif final du projet RECA est de coupler le budget d'altération avec les âges des profils pour obtenir des taux d'altération et d'érosion moyens, permettant une comparaison avec d'autres environnements d'altération ou paléo-environnements à la surface de la Terre.